Photo de paysage en couleur et en noir et blanc

Pourquoi au 21eme siècle feriez-vous encore des photos en noir et blanc ? Comment une photo en noir et blanc affecte vos émotions ? Comment procéder à une conversion en noir et blanc qui soit créative et avec quels outils ?

Je vais partager avec vous :

  • pourquoi le noir et blanc et la photographie sont intimement liés
  • le lien entre le noir et blanc et les émotions
  • comment convertir en noir et blanc de manière créative
  • un cas pratique avec une photo de paysage

Téléchargez mon livre gratuit pour dire adieu aux photos banales

Avant de commencer

Réussir ses photos, c’est faire des photos qui provoquent des émotions les plus fidèles aux émotions ressenties lors de votre prise de vue. Centrée sur la théorie des émotions, j’ai conçu une méthode en 6 étapes pour apprendre la photo d’abord avec ce que vous ressentez. Le développement est la 5e étape pour y parvenir, et le développement de la couleur est l’une des 6 techniques essentielles de développement à connaître en photographie.

Le développement : le 5e niveau parmi les 6 de techniques photographiques pour partager ses émotions
Le Développement est le 5e niveau de ma pyramide créative pour partager ses émotions en photo, après avoir maîtriser la capture du Sujet, la Prise de vue, la Composition et la Lumière © Amaury Descours

Le noir et blanc, indissociable de la photographie

La photographie est intimement liée dès ses origines avec ces images miroir du monde extérieur, transcrites en noir et blanc. Ce n’était pas pour se démarquer de la peinture, ni être un ultime raffinement de la gravure. Mais parce que les limitations technologiques du 19e siècle n’ont pas permis de faire de la photo couleur en qualité et à grande échelle. Il faudra attendre le début du 20e siècle pour que la photo couleur explose, notamment avec les autochromes des frères Lumière.

Pour nous occidentaux, voir une photo en noir et blanc n’a rien d’anormal : nous avons été constamment alimenté en images noir et blanc au cours de notre vie pour savoir la déchiffrer, y voir un sujet, une composition, une lumière.

Par contre, montrez une photo noir et blanc à un autochtone vivant dans une tribu reculée de Papouasie : cette photo provoquera certainement une toute autre réaction. Ce papou restera plus stupéfait par l’absence surnaturelle de la couleur, plutôt que de voir le sujet qui a été capturé dans la photo.

Le noir et blanc fait totalement partie de notre culture visuelle populaire : la photographie cela a été d’abord du noir et blanc, et le noir et blanc c’est toujours de la photographie ! On ne se pose même plus la question : le noir et blanc est totalement accepté, et notre incrédulité suspendue face à une image qui a pourtant remplacé une palette de couleur par des tons monochromes.

Le noir et blanc et les émotions de votre photo

Aujourd’hui, les capacités décuplées de la photographie numérique et ses outils (ordinateur, logiciels, imprimante, …) permettent de produire des photos couleur d’une richesse et d’une qualité jamais atteinte dans l’histoire. Alors pourquoi faire des photos en noir et blanc au 21e siècle, alors que des scientifiques par centaines se sont acharnés à rendre possible la photographie couleur ?

Le noir et blanc a en fait une immense qualité : parce qu’il enlève des informations (les couleurs) et parce qu’il est inconsciemment accepté de tous, il permet à notre oeil de se concentrer sur “autre chose” sans être distrait, ni choqué. Si vous fermez les yeux, alors vous serez attentifs aux sons, au toucher, aux odeurs voire au goût. C’est la même chose en photographie : enlevez la couleur, et vous serez plus attentif au sujet, à la composition, à la lumière, au développement ou la présentation de la photo.

Et lorsque vous avez pris une photo qui à vos yeux a capturé une charge émotionnelle intense, peut-être que la couleur est plus distractive qu’attractive dans votre photo. De plus avec son poids dans la tradition photographique, le noir et blanc ajoute un effet intemporel qui renforce l’universalité et la puissance du sujet capturé.

Une photo en noir et blanc participe en fait au processus de distillation de vos émotions, que vous avez démarré avec:

  1. votre choix de la disposition du sujet,
  2. votre choix des techniques de prise de vue,
  3. votre choix du cadrage du sujet grâce à la composition,
  4. votre choix de l’éclairage du sujet grâce à la lumière, et au final
  5. votre choix de développement de la photo avec la conversion en noir et blanc

Faire une photo en noir et blanc, c’est faire le choix de rendre plus à vif vos émotions. Et peut-être plus impudique aussi, car une photo noir et blanc réussie peut être beaucoup plus intime et personnelle, que son équivalente en couleur.

Sur la roue des émotions de Plutchik, rendre les émotions plus intenses, c’est exalter les émotions primaires (les pétales de couleur) les plus au centre de la roue.

La roue des émotions de Plutchik
La roue des émotions de Plutchik modélise 48 émotions possibles grâce aux dyades primaires, secondaires et tertiaires qui sont des combinaisons des 8 émotions primaires © Amaury Descours

Convertir une photo en noir et blanc de manière créative

N’importe quelle application de retouche photo dispose de la fonction de conversation en noir et blanc. Même si de premier abord, cela ne semble être qu’un seul bouton à appuyer, votre processus créatif mérite mieux que des recettes toutes faites pour faire une photo en noir et blanc.

Il faut d’abord savoir qu’une image digitale en couleur est en fait la combinaison par synthèse additive de 3 couches d’image monochrome rouge, verte et bleue. La conversion en noir et blanc d’une image couleur consiste à considérer chacune de ses couches primaire rouge, verte et bleue pour faire une moyenne pondérée.

D’un point de vue technique, la “bonne” conversion en noir et blanc c’est faire une moyenne correctement pondérée pour chaque pixel couleur pour avoir un pixel monochrome de même luminosité.

Mais d’un point de vue créatif, il existe une infinité de conversion en noir et blanc : tout dépend du poids que vous accordez au rouge, au vert ou bleu qui ont été enregistré sur le capteur de votre appareil photo. Vous pouvez prendre qu’une seule composante, ou bien 2 uniquement, ou encore 2 majoritaires et une minoritaire. Chaque variation donne un résultat différent tout simplement parce que la lumière avec toutes ses couleurs se décompose en luminosités différentes pour le rouge, le vert ou le bleu.

Couches Rouge Vert Bleu d'une photo
Le rang du haut montre les 3 couches rouge, verte et bleue de l’image en couleur au début de l’article. Le rang du bas montre les 3 couches correspondantes uniquement en considérant leur luminosité. Ici, les couches rouge et verte ont sensiblement les mêmes tonalités. Par contre, la couche bleue montre un jeu de tonalités différents. En fonction des contrastes tonal que vous voulez faire ressortir dans l’image finale en noir et blanc, vos choix de développement vont une prépondérance spécifique aux couches rouge, verte et/ou bleue © Amaury Descours

Téléchargez mon livre gratuit pour dire adieu aux photos banales

Avant les possibilités de la photographie digitale, les photographes en noir et blanc utilisaient des filtres de couleur placés devant leur objectif. Ils modifiaient ainsi le poids des couleurs dans la lumière visible pour aboutir à des tonalités noir et blanc différentes sur leur pellicule. A l’ère numérique, les applications de retouche photo comme Adobe Lightroom, Google Snapseed, Affinity Photo, Adobe Photoshop, et beaucoup d’autres, offre les même possibilités en 1 clic :

  • Simuler l’ajout d’un filtre de couleur qui va changer l’équilibre tonal de votre photo, ou bien
  • Changer le poids des composantes rouge, vert, bleu directement dans la conversion en noir et blanc

Ainsi pour éclaircir les tons verts, il faut mettre un filtre de couleur verte ou augmenter la proportion de la composante verte. Pour éclaircir les tons jaunes, il faut mettre un filtre de couleur jaune ou diminuer la proportion de la composante bleue (le bleu étant la couleur complémentaire du jaune). Et ainsi de suite.

Conversion en noir et blanc dans Adobe Lightroom Mobile et Google Snapseed
A gauche : Adobe Lightroom CC Mobile permet d’avoir une conversion en noir et blanc créative en ajustant la luminosité des pixels de certaines couleurs parmi 8 teintes possibles. Du temps de la photographie argentique, c’est un effet équivalent à mettre un filtre de couleur devant l’objectif pour intensifier ses tonalités sur la pellicule noir et blanc. A droite : Google Snapseed propose la même fonctionnalité mais sur un jeu de teintes plus réduit © Amaury Descours

 

Conversion en noir et blanc avec le mélangeur de couche RVB dans Adobe Photoshop
Adobe Photoshop permet de convertir en noir et blanc une photo couleur grâce à une filtre mélangeant les couches rouge, verte et bleue. Le choix des proportions de chaque couche permet de faire ressortir des tonalités différentes de manière créative © Amaury Descours

Quelle est la meilleure conversion noir et blanc à avoir ? Vous devez trouver le meilleur contraste des tonalités qui valorise votre sujet et son environnement. Le bon équillibre des tonalités doit permettre à la fois de révéler le plus de détails possible là où vous voulez que l’oeil s’attarde, et atténuer les zones qui ont moins d’intérêt.

Mais la conversion de la couleur en noir et blanc n’est qu’une étape dans le processus de développement de votre photo. Ensuite, vous devrez aussi veiller à :

et toujours pour accorder votre développement aux émotions que vous avez capturées et que vous voulez partager en photo.

Un cas pratique

J’ai pris la photographie ci-dessous en Corse dans la région des Aiguilles de Bavella par un matin d’été sans nuage. Le lieu est d’une beauté saisissante, et à l’heure matinale où j’ai pu m’y rendre, encore vierge de randonneurs. Cette scène m’a immédiatement attiré parce que l’on voit les “Aiguilles” avec 2 symboles forts que sont les pins laricio et les rochers de granit sculptés par les éléments.

La lumière étant assez plate sur le massif au loin, j’ai trouvé les couleurs excessivement communes. Mais c’est surtout le premier plan avec le rocher et les pins qui m’ont orienté dans mon choix. En effet, en étant sur un versant ombragé, la lumière vient du ciel et est donc diffuse : les ombres sont très douces et tout à fait propice à une photo monochrome. Toutes les conditions étaient donc pour moi réunies pour développer ma photo en noir et blanc.

J’ai joué sur la conversion en noir et blanc pour diminuer la luminosité des teintes bleues pour que le ciel est une tonalité assez sombre pour faire ressortir les Aiguilles. Et j’ai enfin ajouté du micro-contraste dans les détails (réglage de Clarité dans Adobe Lightroom) pour faire ressortir les textures et les nuances de gris.

Photo en noir et blanc
L’image finale après le développement en noir et blanc d’une photo initialement en couleur. Les Aiguilles de Bavella, Corse, 2012. Nikon D800 et Nikkor 16-35mm f/4, 16mm, f/10, 1/160s, 400 ISO © Amaury Descours

Qu’en pensez-vous ?

Le noir et blanc vous attire-t-il ? Faites-vous beaucoup de photos en noir et blanc ? Aviez-vous conscience des possibilités de conversion en noir et blanc ? Les outils présentés ici vous intimident-ils ? Laissez votre commentaire, j’y répondrai avec plaisir.

Mieux, partagez vos photos sur le groupe Facebook de Photo-Vidéo Créative pour qu’avec mon aide et celle des membres de la communauté, vous sachez vous aussi maîtriser les émotions dans vos images !

Continuons ensemble !

Découvrez comment apprendre la photo avec ma méthode en 6 étapes pour réussir vos photos par les émotions : une approche intuitive qui part de ce que vous ressentez avant même de considérer outils et techniques.

Comprenez ensuite pourquoi le développement en photographie est indispensable dans l’expression de vos émotions et explorez les différents techniques de développement de la couleur :

  1. La couleur de la lumière d’ambiance : développer la balance des blancs
  2. L’intensité des teintes : développer la saturation des couleurs
  3. L’attirance en couleur vers votre sujet : développer la saturation sélective ou locale
  4. L’harmonie des couleurs : développer une palette de couleur
  5. Les tonalités monochromes : développer en noir et blanc (cet article)

Ne ratez pas mes futurs articles pour mieux capturer et partager vos émotions en image : abonnez-vous à ma newsletter, Facebook, Twitter ou Instagram !

Vous aimez ce que vous avez appris ? Partagez cet article avec vos proches !

Téléchargez mon livre gratuit pour dire adieu aux photos banales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.