Sans sujet, il n’y a pas de photo. C’est tellement évident qu’en fait la plupart des photographes débutants le négligent totalement. Mais bien choisir son sujet n’est que le début, il faut également saisir toutes vos émotions face à votre sujet. Quelles sont les relations entre votre sujet et vos émotions ? Comment capter toutes vos émotions dans votre photo ?

Je vais partager avec vous :

  • Ce qu’il faut chercher dans votre sujet
  • Un rappel de la théorie des émotions
  • 2 cas pratiques pour obtenir la meilleure disposition de votre sujet
  • Le lien fondamental entre votre sujet et vos émotions

Avant de commencer

Réussir ses photos, c’est faire des photos qui provoquent des émotions les plus fidèles aux émotions ressenties lors de votre prise de vue. Centrée sur la théorie des émotions, j’ai conçu une méthode en 6 étapes pour apprendre la photo d’abord avec ce que vous ressentez. La maîtrise du sujet est la 1ere étape à atteindre.

 

Le sujet : niveau 1 parmi les 6 de techniques photographiques pour capturer et partager ses émotions en photo
Le Sujet est le 1er niveau de ma pyramide créative pour partager ses émotions en photo © Amaury Descours

Ce qu’il faut que vous cherchiez dans votre sujet

Le choix du sujet vous appartient totalement. On pense facilement à une personne ou d’un groupe de personnes, les animaux, un paysage, de l’architecture, la flore, des objets, … La liste est quasiment infinie.

Mais vous devez aussi vous questionner si ce qui est en face de vous est vraiment le sujet de votre photo. Peut-être n’est-ce pas le groupe mais une personne particulière, ou quelque chose de plus grand (par exemple, ce n’est pas cet objet particulier, mais plutôt l’objet dans son environnement), ou de plus petit (par exemple, un détail spécifique de la personne pourrait être beaucoup fort que la personne elle-même, ce détail est alors le vrai sujet) ou de différent (par exemple le vrai sujet n’est en réalité pas le bâtiment, mais la rue) ? Encore une fois, tout dépend de ce que vous ressentez et de votre compréhension des causes profondes qui créent vos émotions.

Ensuite, vous voulez prendre ce sujet en photo parce qu’il provoque instinctivement des émotions venant de votre culture, votre personnalité, vos sensibilités, votre humeur. Néanmoins, un sujet peut être dans des dispositions qui peuvent être radicalement différentes d’un instant à l’autre, d’une heure à l’autre voire d’un jour à l’autre. Ces différentes dispositions peuvent provoquer pleinement les émotions que vous ressentez, comme elles peuvent atténuer vos émotions, voire les faire disparaître, ou pire provoquer des émotions opposées.

Il y a des moyens infinies d’avoir une meilleure disposition de votre sujet. Plus vous savez ce que le sujet peut exprimer, plus vous avez de chance de capturer une photo remarquable. C’est là qu’intervient le vrai choix conscient du photographe : sélectionner la meilleure disposition du sujet en accord avec vos émotions.

Un bref rappel sur la théorie des émotions

Tous les types d’émotion que nous ressentons peuvent se représenter sur une roue avec 8 émotions primaires selon la théorie des émotions de Plutchik. Ces émotions primaires se déclinent en intensités variables (les plus intenses sont au centre) et se combinent en 24 autres émotions grâce aux dyades.

La roue des émotions de Plutchik
La roue des émotions de Plutchik modélise 48 émotions possibles grâce aux dyades primaires, secondaires et tertiaires qui sont des combinaisons des 8 émotions primaires © Amaury Descours

Prenons deux exemples avec les questions clés que vous devriez vous poser avant de déclencher, pour tirer le meilleur parti de vos émotions.

Le cas d’un portrait sur le vif

Quelles sont les meilleures dispositions d’une personne dont on veut faire un portrait improvisé ? Voici quelques questions que vous devez vous poser :

  • Son regard croise-t-il celui de l’appareil photo ? La personne n’est-elle pas de dos ? Ne voit-on pas qu’une partie de son visage sans vraiment voir ses yeux ? Ses yeux ne sont-ils pas insuffisamment ouverts à cause du soleil ?
  • Son visage est-il vraiment expressif ? Son sourire n’est-il pas trop crispé ? N’est-il pas grimaçant ? La personne n’est-elle pas en train de terminer sa bouchée ou de faire la moue ?
  • Ses cheveux sont-ils pas suffisamment coiffés ? Le vent ne les a-t-il pas mis en bataille, ou ne couvrent-ils pas trop le visage ?
  • Ses vêtements sont-ils correctement portés ? N’y a t-il pas un faux pli, un bouton mal fermé, un coin de chemise qui dépasse ?
  • Sa posture n’est-elle pas trop raide ou artificielle ? Ne faudrait-il pas que l’on voit ses mains, ses bras, ses jambes ou ses pieds ?
  • Faut-il faire une prise de vue pendant que la personne est en mouvement ou l’arrêt ? Si elle est en mouvement, quelles positions de ses membres seront les plus expressifs ?

Le cas d’un paysage en bord de mer

Les questions pour un portrait peuvent presque fonctionner pour un paysage comme un bord de mer :

  • Faut-il être à marée basse ou haute ?
  • Vaut-il mieux qu’il fasse grand beau temps, nuageux, ou carrément couvert ou pluvieux ?
  • Faut-il une mer agitée ou calme ? Faut-il une tempête ou une brise ?
  • Faut-il attendre la formation des vagues ou le ressac ?
  • N’y a-t-il pas des déchets qui flottent ? Ou une écume douteuse ?

Le sujet et les émotions : un mariage fondamental

Toutes ces questions ne sont que des exemples pour que vous compreniez la nature dynamique d’un sujet et la nécessité de choisir le bon instant. Et en fonction du sujet et du moment, une même question n’amène pas forcément une même réponse.

Avec l’exemple du portrait, vous comprenez aussi que si vous ressentez de la joie face à cette personne mais que vous choisissez mal l’instant capturé, au mieux vous ferez ressentir peu voire pas d’émotion. Au pire votre portrait fera ressentir malgré vous de la surprise, du dégoût, de la tristesse ou de la peur.

Le sujet étant le socle de la pyramide photographique émotionnelle, une mauvaise capture du sujet mène à une mauvaise photo : “garbage in, garbage out” comme disent les anglais. Quoi que vous puissiez faire avec la prise de vue, la composition, la lumière, le développement ou la présentation de la photo, vous ne pourrez pas changer le sujet que vous avez capturé.

Si le sujet n’est pas là, ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Donc, préparez/apprêtez votre sujet, prenez de nombreuses prises de vue, changez l’heure de la journée, etc. jusqu’à ce que vous sentiez avoir saisi l’essence de votre sujet.

Aviez-vous jamais réfléchi à comment aborder un sujet avant de le photographier ? Etiez-vous sûr d’avoir compris toutes les facettes de ce qu’un sujet pouvait vous montrer ? Laissez-moi votre commentaire, j’y répondrai avec plaisir.

Continuons ensemble !

Découvrez comment apprendre la photo avec ma méthode en 6 étapes pour réussir vos photos d’abord avec les émotions : une approche intuitive qui part de ce que vous ressentez avant de considérer outils et techniques.

Explorez les différentes étapes de ma méthode :

Ne ratez pas mes futurs articles pour mieux capturer et partager vos émotions en image : abonnez-vous à ma newsletter, Facebook, Twitter ou Instagram !

Vous aimez ce que vous avez appris ? Partagez cet article avec vos proches !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *